jeudi 28 octobre 2010

Au BAL

Depuis un certain temps, mes jambe me démangeaient et je cherchais une excuse valable pour aller au Bal. Hier, il faisait froid et le jeudi c'est nocturne. Hier, Place de Clichy c'était vraiment pas loin. Hier j'en avais marre. Hier j'en avais envie et hier H. était prête à tout.

Au début, c'est une galerie avec de belles photos en noir et blanc et avec un côté Déjà Vu. Les USA et les zones industrielles, les gens qui défilent, Zombie like, sur l'escalator du Grand Central, les bancs et les bus, les terrains vagues. L'urgence de la vie et ses pauses molles et inconscientes. La mort par balle et la maison hantée. Entre deux remarques sur la cuisson du poisson au citron, je fis noter à H. l'utilité du concept d'hétérotopie dans le cadre d'une appréhension intellectuelle de l'exposition.

Et puis la vidéo de Sharon Lockhart nous a mis une claque, c'est à dire qu'on en a eu la nausée et qu'on a dû s'assoir. On voyait un corps se mouvoir, on le ressentait, c'était comme une première fois. Sa lenteur au ralenti avait une frénésie qui nous nouait les tripes, qui nous faisait sursauter. On attendait le drame pendant que les 6000 ouvriers de l'usine mordaient dans leur jambon-beurre. On regardait le ventre endormi sur un banc en bois. On voyait l'usine dans l'étroit couloir de l'unique travelling.

Après il y avait ces lettres de menaces, ces déclarations d'amour, ces fautes d'orthographe. Brother, I'm gonna kill you. On s'est senties comme des poules à la chair exacerbée alors on est allées boire du vin en mangeant du fromage et des crackers.

On était assises au bar, à côté d'A.C. et D. m'a demandé, par texto interposé: vérifie s'il est juste un sale con. Il parle beaucoup, ça c'est sûr. Mais c'est un universitaire comme les autres. La passion pour la bière en plus. 



Anonymes / L'Amérique sans nom / jusqu'au 19 décembre @ 75018 Le Bal

Aucun commentaire: