mercredi 6 octobre 2010

J'aime quand tu prononces ce mot, manichéen

C'est un film auquel mon cerveau résiste, à cause duquel mon snobisme se hérisse. C'est un film qui a mis une, deux, trois, quatre, cinq claques bien méritées à mon coeur. C'est un film dans lequel tout pourrait être et tout est presque petit bourgeois post-adolescent et je connais bon nombre de gens qui s'armeraient de mépris et de pseudo-incompréhension, voire d'ennui profond face à ces images lisses et parfaites. Mais il y a quelques répliques, quelques regards et quelques gestes que je ne m'explique pas et qui m'ont bouleversée. Il y a ces clichés sur l'amour qui me parlent de moi comme ils te parleraient de toi puisqu'il lui ont parlé d'elle. Il y a un profond respect pour ce mec qui en plus d'être jeune, est beau et sonne juste. Il y a le fantasme absolu de ses bottes. C'était vraiment divin et on en redemande.

Xavier Dolan, Merci

Aucun commentaire: