lundi 10 octobre 2011

De la Gaîté à la Comédie: Chassol Chéri

Tout a commencé il y a quelques mois. Un hasard de l'Internet a voulu que je gagne une place de concert pour Dj Spooky à la Gaîté Lyrique. En première partie, Christophe Chassol présentait Nola Chérie. Je savais qu'il y aurait du son et de l'image. Je me demandais si on serait assis ou debout.

Plutôt que de se presser, on a bu une bière tranquille avant le début du spectacle. On était quatre et on était plutôt contents de se retrouver là, en terrasse. Quand on est rentrés, la musique jouait déjà et une majorette en paillettes regardait la caméra. On s'est assis dans le noir et c'est de là que tout est parti. Au bout de trente secondes, nos coeurs battaient déjà la chamade. Les poils de mes bras étaient tout hérissés et je ne pouvais m'empêcher de penser à ce que j'écrirais un jour ici. On m'a plus tard fait remarquer le côté absurde du procédé. Penser à écrire au lieu de vivre l'expérience. C'est pour ça je crois qu'il y a eu quelques mois entre ce jour-là et ce que j'écris aujourd'hui. C'est pour ça aussi peut être que, pendant quelques mois, je n'ai pas trop su quoi t'écrire.

Vendredi dernier, Chassol ouvrait une soirée à la Comédie de Reims, dans le cadre du festival Electricity. J'y étais. Tremblante, impatiente et congelée à cause de cet automne qui se la joue été-hiver en dents de scie. Quand ça a commencé, j'ai eu peur. Je me suis dit que j'avais peut être halluciné l'effet Chassol et que le contexte de la Gaîté n'était pas le même que celui de la Comédie. Qu'il ne s'agissait pas des mêmes circonstances. Sauf que ça ne tient pas qu'au contexte, une expérience. J'ai donc de nouveau été retournée, bouleversée par un truc si grand, si beau que j'en ai encore chialé. Et j'ai aussi compris, à cause peut être de l'intensité du moment, pourquoi ce que je fais ici m'est si important. C'est qu'il s'agit de la seule façon que j'ai trouvée de supporter ce débordement qui m'atteint dans ces microscopiques tranches de vie. C'est qu'il ne s'agit pas tant de parler de moi, de ma pauvre expérience personnelle que de ce qu'il y a de superbe dans la vie, de ces choses qui transportent et de ces gens qui les font, qui ont le courage de se mettre à nu et de chercher à communiquer.

Il faut donc utiliser un mot aussi ronflant qu'hommage pour qualifier mon approche. J'écris pour tenter de dire merci à ceux qui créent. J'écris pour tenter de te donner à toi un peu de ce bonheur quand je le vis. Parce que tu vois, c'est important, quand je vis un truc comme ça qui me plante des crochets dans la cage thoracique et qui me soulève, c'est à toi que je pense aussi. C'est à toi que je veux donner un peu de ce que j'ai ressenti.

Chassol, c'est donc à la fois le mec qui a fait rentrer le plus d'air dans mes poumons ces derniers mois et celui qui m'a donné les mots pour dire ce que je fais. Chassol, quand il est sur scène, se balance sur sa chaise et prend appui sur ses claviers. Il est super classe et absorbé par ce qu'il fait. Chassol a réussi un truc incroyable, un truc que tout le monde devrait avoir la chance de voir. Ça s'appelle Nola Chérie.

Aucun commentaire: