mercredi 20 avril 2016

Le bois dont les rêves sont faits

"Si la photographie était une photo de pose, jamais le cinéma ne serait né, jamais. " 

Il y aura toujours l'horizon urbain de Paris. La forme très simple des rues qui séparent la ville du bois. La réalité factice ne sera jamais niée, elle sera même accompagnée - jusqu'au ridicule tracé d'une allée. Il y aura les putes, les promeneurs, les joggeurs, les cyclistes, les fous, les exotiques, les furieux, les végétaux, les animaux, les parades nuptiales, la consommation. Il y aura le temps. Le jour, la nuit, l'automne, l'hiver, le printemps, l'été. L'Histoire. Il y aura le rythme. Il y aura les arbres à planter et ceux à faire disparaitre. Il y aura le soleil et la pluie. Il y aura le rire de la fille de Deleuze et un tout petit chaton.

"Dans mon travail documentaire, j'ai essayé de trouver des situations de fiction, non pas au sens où il y aurait des acteurs, mais où la référence serait la fiction. J'ai essayé de filmer des gens qui étaient d'une certaine manière travaillés par la mythologie de la fiction." Claire Simon, Les Carnets de Filmer à Tout Prix, 2004

Le documentaire de Claire Simon est comme un mille feuilles de délicatesse. Pas trop de crème, la texture des couches de pâte brisée est parfaite - elle n'a rien à cacher. La caméra se promène avec la femme qui est l'oeil qui se pose sur le bois de Vincennes. Un oeil amoureux, bienveillant. L'acte de foi comme geste de survie. Le même pour tous, ce postulat, et sa multitude de formes possibles. On entend la voix de la documentariste, son grain qui va si bien avec l'image et avec cet équilibre très précaire que Claire Simon installe entre le réel tel qu'il se voit et la fiction qu'il comprend. La nature, sublime, plus forte que les contradictions sur lesquelles elle s'installe. Les marginaux qui sont ces fous qui vivent dans les bois mais qui sont aussi cette femme mère de Lucas, 9 mois, qui est aux bois comme on serait à la mer, à la montagne, au paradis, en suspens: dans un questionnement très profond quant à sa façon d'être au monde. Présences fantomatiques qui ne nous laisserons pas quitter la salle de cinéma sans s'être incrustés dans un recoin de notre rétine, comme réponse à une question. Le parti pris de Claire Simon - "tout n'est pas donné, tout n'est pas donnable"  dit Deleuze qui dit Bergson - la question de l'Université Paris 8, Vincennes: un bâtiment comportant une salle de philosophie qui se trouve à la fois sous la terre et en suspens entre trois bosquets. Cet état de fait: la salle de philosophie la plus écoutée, youtubée, lue du XXe siècle français a été démantelée et enterrée sous le bois de Vincennes. Et le rire de la fille de Deleuze face à un tube de cuivre qui sort de la terre - parce que c'est rhizome-atique - et le film qui sous sa structure chronologique prend en fait cette forme-là. Et cette forme-là, ce mouvement libre de la pensée, est ce qui touche le spectateur, ce qui l'amène à penser le bois, à envisager le rêve. Tout ça ici, aujourd'hui, à Paris. Tout ça pendant que tout le reste se passe. Et l'urgence de Deleuze autant que l'urgence de la barque, de la terre, de la parade nuptiale des tritons. Et la force de l'ensemble. La beauté du cinéma.


Aucun commentaire: