dimanche 9 mai 2010

Vivre comme une femme

C'est à Paris, un jour de pluie. La proximité de Beaubourg et l'incertitude absolue d'une soirée noyée dans un verre d'eau.

On savait que, dans les parcs de Belleville, les jeunes nous avaient fait honte. On savait aussi qu'un rétroviseur était mort dans l'affaire. On n'en savait pas plus, si ce n'est le devenir du trans, la question d'une fin de vie.

On était trois échoués, et on a adoré. Le cœur de Tania qui saigne littéralement. La question du genre présentée comme aussi délicate et simple qu'un origami. Augustina, la vilaine Westie qui joue un rôle si important dans la vie fragile de ce couple entier. Augustina qui a peur. La femme exténuée et forte portant sa vie à bout de bras. La femme exténuée et forte sur ses talons compensés pendant une chasse au dahu dans la forêt portugaise (ou lunaire?). La femme exténuée et forte qui aime son sexe masculin et n'arrive pas à s'en défaire. La femme exténuée et forte qui refuse d'être singulière, qui se bat corps et âme pour vivre sa pluralité en toute simplicité. La femme exténuée et forte qui vit comme une femme et meurt comme un homme.

En deux mots, c'était beau.





Paris, a rainy day next to Beaubourg and the uncertainty of an evening drifting away. 

We knew that, in a Belleville park, youngsters should be ashamed. We also knew a wing mirror had died in the process. We had heard about the future of the transsexual, the questions and the meaning of life. 



We were three shipwrecked and we loved it. Tania’s literally bleeding heart. The gender presented as something as simple and delicate as an origami. Augustina the nasty westie who has such an important part in the fragile life of the intense couple. Augustina who’s scared. The exhausted but strong woman dealing single-handedly with her life. The exhausted but strong woman on her high heels hunting the dahu in the Portuguese (or lunar?) forest. The exhausted but strong woman that likes her masculine sex and cannot let it go. The exhausted but strong woman that won’t be unique, that fights mind, body and soul to simply live her multiplicity. The exhausted but strong woman that lives like a woman and dies like a man.




Simply put, it was beautiful.

Aucun commentaire: