jeudi 5 août 2010

Popcorn & prejudice

La sélection estivale des films est assez embarrassante pour qui tient un blog censément dédié au cinéma: il est impossible d'écrire un commentaire de chaque film vu puisqu'il s'agit principalement de films trop mauvais pour sortir quand les gens ne sont pas en vacances. Il est presque honteux de les voir, même quand la carte illimitée UGC Mk2 fournit ce petit motif de déculpabilisation, même quand un été sans vacances se fait pesant. Mais on se fait à l'état de culpabilité absolu.

Alors on s'enchaine Twilight, dont on ne se rappelle même pas, Millénium, qui nous aura fait ronfler dans un cinéma, Inception à la conception géométrique du rêve et Tamara Drewe comme on descendrait un paquet de gâteaux au chocolat premier prix: par pulsion.

Sauf que Tamara Drewe n'était pas tout à fait dans le bon paquet.

Plusieurs raisons subjectives à mon favoritisme: "what a dump" référence à Who's afraid of Virginia Woolf, ma moitié britannique et fleurie, C.-ma future mariée fan du roman graphique, mon obligation de connaître le film Pride & Prejudice par coeur pour le programme de l'agrégation 2008.

Sauf que là, c'est plutôt du Thomas Hardy.

Et: distrayant à souhait, libertin comme il faut, frais, drôle, excitant, déculpabilisant.

Je me demande si un nouveau nez ne serait pas une idée.



Going to the movies is something you do differently according to the season: in the automn, winter and spring (except around Christmas time) you go quite regularly but in the summer, if you want to do so, you’ll soon realize the programming isn’t that exciting. The summer movies are often big Hollywood productions with no depth to them, they seem to exist for one and only purpose: to relief the brain of the population. But if, like me, you have your season ticket and no holidays, you might still go, compulsively devouring movies to forget the Parisian summer. 

In summer 2010, you start with Twilight and just don’t like it, then you go on to Millenium that makes you snore, to Inception’s basic geometrical vision of dreams and you end with Tamara Drew just like you would eat a whole packet of first price biscuits: with the urge of the beast. 

Except Tamara Drew didn’t taste first price at all.

I can give you personal reasons for this feeling: Who’s afraid of Virginia Woolf’s “what a dump”, my flowery British half, C. the bride to be who loves the graphic novel so much, my duty to know the Price and Prejudice movie off by heart for the 2008 “aggregation” exam…

Eventhough Tamara’s more Thomas Hardy-ish.

And : totally entertaining, libertine as it should be, fresh, fun, exciting, glamorous and so on and so forth

I ended up wondering whether a new nose wouldn’t be just what I need.

Aucun commentaire: